Sècheresse vaginale

La déshydratation de la partie intime d’une femme : si on en parlait ?

La sécheresse vaginale est un dérèglement de l’hydratation de la partie intime chez la femme. Contrairement à l’idée reçue, elle peut toucher toutes les tranches d’âges, mais pas uniquement chez les femmes ménopausiques. Elle touche fréquemment les femmes enceintes et les jeunes mamans de par leur bouleversement hormonal. Causes, traitements et solutions naturels… Découvrez-les dans cet article.

Les causes et solutions à la sécheresse vaginale

Sujet souvent considéré comme tabou, la sécheresse vaginale touche pourtant plus de 2 femmes sur 10 en France. Phénomène courant dans la ménopause, il intensifie la susceptibilité de la femme aux infections et aux maladies gynécologiques.

Les causes et conséquences

La sécheresse vaginale est souvent causée par l’arrêt de production de l’ovule chez la femme. Chez les femmes non ménopausées, elle peut être provoquée par la prise de médicaments contraceptifs, le stress, la drogue, le tabac et l’alcool ou l’infection génitale.

Ce phénomène peut aussi être lié à la perturbation de l’ensemble de micro-organismes qui compose la flore vaginale ou à la baisse du taux d’œstrogène. L’humidité intérieure de la partie intime de la femme n’est plus maintenue et provoque une aridité interne de l’organe reproductive.

Elle peut engendrer des sensations de brulure intenses pendant le rapport sexuel. Le frottement peut provoquer des saignements qui aggravent le cas en favorisant différentes maladies génitales.

Les symptômes et le diagnostic

La sécheresse intravaginale se présente sous forme de manque d’hydratation dans la vulve. Différents signes visibles peuvent alerter le sujet : inflammation et/ou irritations locales, rougeurs au niveau de l’organe génital externe, démangeaisons.

La sensibilité de la partie intime aux infections est aussi un symptôme à ne pas omettre. Pour un couple, la diminution de la libido causée par les douleurs durant les rapports sexuels doit attirer l’attention.

Le diagnostic commence par une interrogation médicale menée par le médecin traitant. Un examen gynécologique et clinique est réalisé à partir d’un prélèvement vaginal ou d’un bilan sanguin pour déterminer l’origine de l’aridité vaginale.

Les solutions et les traitements naturels

La réhydratation de l’intérieur de la partie intime de la femme est une solution. Pour ce faire, l’usage de lubrifiant pendant les rapports sexuels est à prescrire. Ils peuvent être utilisés en dehors du rapport sexuel pour un traitement de longue durée.

Le traitement hormonal substitutif à base d’œstrogène est aussi une solution pour les femmes ménopausées. Toutefois, cette option n’est pas envisageable sur une femme qui a été sujette à un cancer hormonosensible où les hormones jouent un rôle clé dans le développement des cellules cancéreuses.

Le traitement à partir de produit naturel peut être efficace pour les personnes qui ont une contre-indication à l’œstrogène. L’huile d’aloe vera, l’huile de bourrage ou l’huile d’onagre sont essentielles pour lutter contre la sécheresse vaginale.

L’huile de coco est aussi une solution naturelle de par ses spécificités hydratantes et antimicrobiennes. Ses caractéristiques antifongiques luttent également contre les mycoses et elle est facile à utiliser, par application locale.